Tous les articles par admin2

Nous refusons la concurrence pour le transport ferroviaire des voyageurs

A l’occasion de la séance plénière des 24 et 25 octobre 2012, les élus de droite au Conseil régional ont déposé une motion sur les dessertes ferroviaires et relations du conseil régional avec la SNCF. J’ai eu à exprimer la position du groupe Front de gauche sur ce sujet.

TER_Nord-Pas-de-Calais_logo

Nous ne sommes pas surpris de la proposition de motion déposée par M. Vernier dont nous partageons bien souvent les inquiétudes quant à la desserte SNCF des territoires de la région.

De multiples interventions de notre groupe sur ce même sujet en témoignent : nous nous alarmons des décisions prises par petits bouts par une entreprise qui prépare activement sa mise en concurrence.

En revanche, nous sommes plus surpris par les termes employés dans une motion signée par l’UMP : « récuse la logique exclusive de rentabilité mise en avant par la SNCF ».
Par ailleurs, vous évoquez le « service rendu au public ».

Allez, encore un effort pour parler du Service public ! De son rôle incontournable, structurant, pour assurer une offre de services égalitaire, de qualité, engagée, qui crée une richesse commune inestimable.

Le groupe socialiste, radical et citoyen propose deux amendements, dont je laisse la présentation bien sûr à son orateur, qui nous semblent aller dans le bon sens. Nous sommes prêts à voter l’ensemble, texte originel et amendements du groupe PS, assorti de trois amendements :

  • Le premier rappelle la primauté du Service public et le refus de la concurrence pour le transport ferroviaire des voyageurs.
  • Le deuxième rappelle quant à lui que cette situation résulte d’une subordination de nos politiques de transport aux directives européennes.
  • Le troisième appelle à associer les organisations syndicales aux assises du ferroviaire que vous demandez.

NB : nos amendements ayant été intégrés, le groupe Communiste, Parti de gauche et unitaires a voté la résolution, qui a été adoptée à l’unanimité par le Conseil régional.

Enseignement supérieur et recherche : les contradictions d’EELV

Lors de la séance plénière des 24 et 25 octobre 2012, les élus Europe-Ecologie Les Verts ont déposé une motion sur l’Enseignement supérieur et la Recherche. Il m’est revenu de présenter la position du groupe des élus communistes, Front de gauche et unitaires sur le sujet. Peut-on appeler en région des moyens de l’Etat, tout en votant des budgets gelés ?

Entrée_Université_d'Artois_Arras

La motion déposée par le groupe Europe-Ecologie Les Verts concernant l’Enseignement supérieur et la recherche rejoint nos préoccupations sur plusieurs points.

Nous faisons le constat partagé que notre région cumule des handicaps connus et historiques tant en matière de recherche publique que privée, qui ont été rappelés par Madame la Vice-Présidente à l’enseignement supérieur et à la recherche.
La précédente majorité au Palais Bourbon a lancé une multitude de programmes qui ont accentué la concurrence entre régions, logique que nous récusons résolument, mais dans laquelle notre région est entraînée malgré elle.

Il est patent que l’Etat doit au Nord-Pas-de-Calais des moyens et des emplois stables pour la Recherche, après des décennies de sous-investissement, et après surtout une décennie de gestion de l’enseignement supérieur et de la Recherche particulièrement perverse pour une région déjà défavorisée. C’est pourquoi nous voterons bien entendu cette motion.

Cependant, en conclusion, j’aimerais adresser au nom de notre groupe un message à nos collègues qui s’apprêtent à voter également cette motion. Notre vote ici et maintenant est en cohérence exacte avec le vote de nos collègues du Parlement qui refusent clairement un budget d’austérité pour le pays. Nous ne retrouvons pas cette cohérence dans les positions que vous défendez en région et au niveau national. Peut-on appeler en région des moyens de l’Etat, tout en votant des budgets gelés ? A cette question, nous répondons « non ». C’est donc sans illusion que nous voterons ce vœu qui risque fort de rester un vœu pieux si une autre politique nationale n’est pas adoptée de manière urgente.

 

Défendre le maillage ferroviaire régional

A l’occasion de la séance plénière du Conseil régional des 20 et 21 septembre 2012, nous avons eu à débattre des dessertes ferroviaires régionales. J’ai posé au président de la Région une question simple : « Quelle mobilisation concrète envisagez-vous pour préserver notre maillage de dessertes TGV ? »

TGV_vers_Lille_en_gare_d'Aime

Depuis des mois, de nombreux élus de différents territoires régionaux, toutes tendances politiques confondues, tentent d’alerter l’opinion sur la fermeture progressive des dessertes ferroviaires des grandes agglomérations de notre région.
Le délitement préoccupant de ce service vient de se manifester une nouvelle fois avec l’annonce par la SNCF de la fermeture de plusieurs dessertes à compter du mois de décembre, en particulier à Arras et Douai, en raison de la disparition de la liaison Lille-Strasbourg en TGV.

Ce que je dis ici est partagé sur tous les bancs, et d’autres que moi pourraient poser cette question.

Il faut changer de braquet ! Le Conseil régional doit prendre l’initiative d’une mobilisation des élus et citoyens du Nord-Pas-de-Calais pour faire entendre notre voix et nos protestations. Pour nous, c’est indispensable, seul le conseil régional en a la légitimité. Par exemple, M. Vernier a proposé des formes d’action dites « non conventionnelles » en science politique, et j’ai dit en commission Transports la disponibilité des élus du Front de gauche pour toute action spectaculaire et unitaire. Eh bien, allons-y !

Je me suis laissé dire que la majorité avait changé à Paris depuis mai dernier, et que vous y comptiez, Monsieur le Président et M. le vice-Président, des amis. Contrôlent-ils encore ce que fait la SNCF ?

La région Nord-Pas-de-Calais a besoin de respect. Par ailleurs il est impensable que le changement de majorité à Paris ne se traduise pas par un changement positif pour notre région.

Pour conclure, au-delà des motions que nous votons unanimement, quelle mobilisation concrète envisagez-vous pour préserver notre maillage de dessertes TGV ?